****

                                                                                                 

 

     

 Danger.......*

                                                                                                                 

                                                                                                                    

 

 

                         

L                    * L' homme *

     La main destructrice de l'homme n' épargne rien de ce qui vit ;

                                     il tue pour se nourrire,

                                     il tue pour se vêtir,

                                     il tue pour se parer,

                                    il tue pour se défendre,

                                    il tue pour s'instruire,

                                     il tue pour s'amuser,

                                     il tue pour tuer ;   

        roi superbe et terrible, il a besoin de tout et rien ne lui résiste.        

                                                       Joseph de Maistre.

                                                                                                                                

 

 

   stabilitas loci  *

 

                     *L'homme médiéval, vit dans un monde fragile,

                       la crainte des vivants, mendiants, vagabonds,

                       colporteurs, tous les exclus, souvent redoutés.

                       Des croyances ancestrales, la  peur du diable

                       au travers de la sorcellerie, ajoutée aux craintes

                                                           de la religion elle même,à celle de l'enfer.

 

                                        *L'enracinement, la stabilité en un lieu, est essentiel .En opposition, une

                                          communauté, qui expulse un malfaiteur se libère de tout engagement à

                                          son égard. Elle le supprime de la liste de ses membres

 

 

            

                                                                        

 

 

   Le haut Moyen-âge  *

 

                                                                       

 

                                                               La  LOI  SALIQUE

 

*Pendant le "Haut Moyen-âge" la peine de mort est rare. Si l'on considère la "Loi Salique" les exécutions capitales ne sont pas prévues. Les auteurs d' homicides ou de vol sont condamnés à des compensations financières. *

 

*Les rois Mérovingiens affirment bien le principe de la peine de mort dans des cas bien particuliers crimes politiques, d'adultère, de moeurs, après que l'accusé ait été soumis à < l'ordalie > La preuve ordalique est soumise à la volonté de Dieu.

 

 

 

    

         L ' Ordalie,

     Jugement de Dieu

 

 

 

 

 

*L'ordalie (du vieil anglais =ordal et du germanique = urthel = jugement. Ce mode de justice est également appelé "Jugement de Dieu" rituel religieux très ancien.

 

*L'épreuve consiste a faire passer à l'accusé des épreuves physiques diverses pour démontrer la justesse de sa cause. Ceci, sous le regard de la divinité tutélaire de la Justice, qui par définition ne peut pas laisser périr  l'innocent ou triompher l'injustice, prise de risque arbitrée part le "Destin".

 

*C'est une justice inquisitoire, ça ne veut pas dire qu'elle a un lien avec l'inquisition, ça veut dire que la charge de démontrer la culpabilité de l'accusé revient à ( l'accusé lui même. ) C'est ( en opposition à justice accusatoire ) où c'est à l'accusation de démontrer la culpabilité de l'accusé

*L'accusé pouvait, par exemple, tremper la main dans l'huile bouillante en jurant qu'il était innocent. Ou encore, les parties à un litige pouvaient régler leur différend les armes à la main, Dieu étant supposé prendre fait et cause pour la justice et faire triompher celui qui avait raison. Ce qui n'était pas sans risque....

 

 

 

                                          

 

 

                                  Les lois barbares de l' époque, qui prônaient la vengeance avec effusion

                                 de sang, ou les supplices les plus cruels tels:

                                                                   <     l' éborgnement   >

                                                                   <      la castration     >

 

                                 Pour  le  vol  et  production de faux documents ou  pour le  parjure, ou

                                  avoir  violé  un  serment  de paix...

                                                                   <   amputation des mains   > 

                                                                  <    les doigts sont coupés    >

 

 

                                                              

        La Loi du Talion doit s'exprimer.

                 

 

       POUR LES CRIMES DE SANG

 

 

 

                                        *Celui qui a été tué, trouve dans sa parenté, un vengeur, qui rend le sang

                                         pour le sang et cela en toute impunité. Le sang appelle le sang. (Vendetta

                                         corse...)

 

  Leges barbarorum *

 

 

                                     * Au temps des " Leges barbarorum ", les hommes libres règlent leurs

                                      différents en se faisant justice eux mêmes, La fin du conflit se conclu, 

                                      soit par la Vengeance, soit par un accord..

                                   * Pour les délits portant atteinte à la communauté elle- même, c'est le

                                      Pouvoir qui  intervient. L' Autorité  publique ne  vise qu' à  limiter la

                                      violence.

 

                                                                      ----------------o----------------

 

 

          Les grands systèmes juridiques :

                                                    De nombreux codes ont accompagné l' histoire

                                                                        voici  les Principaux :

 

 

                                   

     

            Le  Code d' Urukagina. *2350 avant J.C,

                 n'a jamais été découvert, mais d'autres documents

                 le mentionnent en tant que recueil d' ordonnances"

                 ou de Lois promulguées par des "Roi Mésopotamiens."

 

 

 

 

                                                                       ----------------o----------------

 

 

 

             Le Code d' Hammourabi. *1700 avant J.C : Sous le règne de ce

                Roi de Babylone d' un Code juridique élaboré et gravé sur une

                 stèle faite d'un énorme bloc de "diorite" de 158 Ko. Le principe

                de base : symbole  < oeil pour oeil >

                Vers la fin de son règne (- 1792 -1750), Hammourabi le fit graver

                dans plusieurs villes « afin de proclamer la Justice en ce pays, de

                régler les disputes et réparer les torts » (Épilogue).(...)
 

 

 

   DIORITE = roche contenant plus de 20% de quartz de couleur ni noire ni blanche .

 

 

 

                                                                      ----------------o----------------  

 

                                                                            

              

                                                                                                                                                     

 

 

                                                                                                          

                                                                                                                                      

                                                                                       

 

 

 

 

          

                       Les " Dix Commandements. 1300 avant J.C.

                            Le Prophète Moise a reçu directement de Dieu une

                            liste de 10 lois, les Dix Commandements, intégrés

                            plus tard à la Bible.

 

 

 

                                                                     -----------------o---------------

 

 

                                                    LES   LOIS   DRACON

 

 

 

                  « les lois de Dracon étaient écrites avec du sang ».

 

 

                                     Aussi l'orateur Démode a-t-il pu dire :

                   « Les plus petites fautes m'ont paru dignes de mort,

                   je n'ai pu trouver d'autre punition pour les plus grandes. »

 

 

 

                    

Les Lois de Dracon . 621 avant J.C : Le Grec Dracon fut chargé de rédiger un Code Juridique pour Athènes. Ce Code était si sévère que " Dracon" signifie  aujourd'hui  < excessivement dur > .

 

 

                                                   Aucune loi non écrite ne sera appliquée par les   

                                               magistrats en aucun cas. Aucun décret, qu'il émane

                                                du Conseil ou du peuple, ne prévaudra sur une loi.

                                                à l'exception du meurtrier d'un parent, s'il apparaît

                                               au temple avant que la sentence ne soit prononcée,

                                                                encourt  la peine de mort.

 

                  

 

                                    * Le "Code Dracon", un assassin banni, doit demeurer hors

                                       des frontières de l' Attique ( Athènes ). Quiconque lui  accorde

                                      son soutient, s'expose lui-même a être banni, frappé de la même

                                      malédiction, est entièrement exclus de la communauté religieuse

                                     et publique. Il perd ses droits sur sa famille, ses biens, ainsi, qu'à

                                             toute protection. Son exclusion du lieu est définitive.

                                         

                                  * La sentence indique le lieu du séjour du condamné, afin d' éviter

                                                          tout rassemblement des exilés.

 

                                                                                                                                              

                                                                         -----------------o---------------

 

                       

  *

     la  Transgression

 

 

 

                                             *Pour les grecs du V et VI ème siècle, la transgression, peut

                                               s'exprimer en terme de " souilleur " dans le terme " avilir ".

  

                                            *Le meurtre entraîne la "souillure" due à l' effusion de sang. Pour

                                              effacer la souillure, il faut éloigner le coupable, c'est à dire l'exil.

                                            

 

 

 *** Un tribunal  jugeant un meurtrier, siège à Athènes

 à ciel ouvert, afin de protéger ses murs de la souillures ***

 

                                                                                                                           

                                                                                                   -----------------o---------------    

                                                                                                          

                                                   

  perpetui exilii relegatio poena deportationis

       

                              Sous THEODORIC Ier, roi de PARIS, en l' An 507, est institué  la

                                                            terminologie romaine,

 

 

 Relégation ou l' exil à perpétuité

 

                                              Sanction d'un refus de se soumettre à l' Instruction judiciaire.

 

 

 

                                                                     

 

 

  *  

      l' impunité, 

 

                                                                                         

                                                La législation des "Communes italiennes", "les normes 

                                               allemandes" les "coutumes françaises", font que, la mort 

                                               d' un "banni" à la suite d'une querelle n'est  pas suivie 

                                              d' effets judiciaires.  

                                                                                                                                            

 

" Rex extra sermonem suum, ponat eum ".

                                                  

                                 Clovis III, fils d'Allaric II, roi des Wisigoths,

                    souhaite donner  à son royaume une base

                     législative et se positionner en tant que...

 

 

                             

  Fondateur de l' Etat de Droit   "

 

     

 

                                                                 prévoit, pour le même délit, " la privation de l'appui du souverain "

 

                                                                                                                                               

           "  ipsum mittemus foras nostro

   

 

-----------------o---------------

 

 

 *** Edit de Chilperic I er.***

 

 

* Jaloux du mariage royal de son demi-frère SIGEBERT Ier, répudie sa première femme Audovère et épouse

Galswinthe, la fille aînée du roi des Wisigoths et sœur de Brunehaut (566).

 

* Un an plus tard, Galswinthe délaissée, émet le vœu de retourner à Tolède, puis on la trouve un matin étranglée

   dans son lit. Le meurtre, perpétré probablement par sa concubine Frédégonde, n'empêche pas CHILPERIC,

   de l'épouser à son tour.

 

* SIGEBERT, roi d'Austrasie, poussé par sa femme Brunehaut, qui cri vengeance, attaque et vainc, CHIPERIC,

 qui est acculé dans Tournai avec Frédégonde. Ce dernier n'échappe à la perte totale de son royaume que par

  l'assassinat de SIGEBERT Ier.

 

 

 

 

                                           EDIT :

       

            Mise hors la loi  du criminel, soit confiscation

            de ses biens, liberté d'exercer à son encontre

            des sévices sur sa personne.

 

 

 

 

 < Qui fut méchant et fit le mal à sa tribu, parcourra les forêts >

                                   

 

                                                                             

 

                                                                                                                                                                                                       

 

      * Le Pilori  *  Le Carcan   *

   

                                                                                                            PARIS  1165

 

.          Le condamné est conduit à pied, les deux mains liées en devant et attachés au cul

            de la charrette de l’exécuteur des basses oeuvres, jusqu'à un poteau planté dans

            la place publique ; à ce poteau est attachée une chaîne au bout de laquelle pend

            un collier de fer de trois doigts de large, ayant une charnière pour l'ouvrir. On fait

            entrer le col nu du patient dans ce collier qu'ensuite on ferme avec un cadenas ;

            parfois il porte un écriteau devant et derrière où est écrit son délit, comme

           banqueroutier, usurier, etc. Il reste en état aux termes de son arrêt plus ou moins d' heures, ou plusieurs jours.

                                                                                                                                             iINQUISITOR     in           

                                                                                                                                            www.heresie.com/

 

 

      * Le carcan a été aboli par la loi du 28 avril 1890 *

 

                                                                      

                                                  

 

                                        **    INFAMIE  **

                                                                  

 

                                        Les signa " infamiae "  est un obstacle visible et indélébile, pour

                                        distinguer ceux, qui on  un passé criminel de ceux, qui vivent dans

                                        le respect des Lois, et qui rend impossible toute coexistence à vie,

                                        avec les autres hommes.

 

                                                         " La  marque brûlée  au  front" 

                                                         " les oreilles coupées "

                                                         "  le nez  coupé "

                                                          " la main coupée "   

 

                                                           

                                                               

                                         

     * Le Bas Moyen- âge

 

 

                                      Le  Roi  Saint LOUIS

 

 

 

* Constitue une période particulière. Système de Justice pénale, instauré par et pour le Pouvoir, afin

 d' éliminer toutes formes de Justice privée.  La peine elle même devient l'affaire de l' Etat et non de l'individu. Saint Louis rend la justice et libre à lui de conclure et d'agir à sa guise. Il décrète que les poursuites envers certains criminels sont un devoir public. Le roi disait lui même, qu' on ne puni pas le malfaiteur pour les méfaits mais pour l'exemple. .  

 

 

                                                                ......o.......     

  

*Le crime quelque soit la gravité a toujours la possibilité d' être gracié. En exemple le viol de servantes commis par des jeunes bourgeois de la ville, est le plus souvent impunis.

 

                                                           -----------------o---------------

 

                             **   LE  VOL  **

 

   *  Le fouet est  infligé sur la place du Châtelet. *

 

                                                   *  Infligé à  Paris, pour le vol qui peut se traduire par un

                                                     bannissement, le malfaiteur est mené dans les rues, aux

                                                     sons des trompes.

                           

 " l' Amende "

 

                                        En premier nous avons " l' Amende ", infligée en fonction de la gravité

                                        du crime. Les sommes de dédommagement, sont versées au trésor de

                                        la ville ou au Souverain, ( rien au plaignant ).

                                    

                                                              

                                   

                                     * La Prison *

 

 L' homme au Moyen Age, bouge tout le temps aussi

              la prison pour lui est la mort assurée.

                                      

 

                                                                    Et puis,  il y a la prison, au départ

                       d'une durée illimitée, qui correspond 

                       maintenant à la hauteur de l'amende

                       ou à la nature du crime commis.

                       Réservée aux " Fonctionnaires de la

                       justice et du Trésor ", aux personnes,

                       qui ne respectent pas les règlements du

                       commerce.

 

 

                                                                    

 

 

         Le  Gibet  de  MONFAUCON

                                                                                     

                                               

 

Rue de la Grange aux Belles, au si joli nom, juste derrière les murs parisiens, abrite l’infâme gibet de Montfaucon. Bâties sur un petit monticule, 16 hautes colonnes de pierre se dressent, reliées entre elles sur 3 niveaux. On y pend ainsi jusqu’à 30 personnes par jour, que le public vient voir.

 

Le centre du massif de l'édifice était occupé par une cave profonde,  charnier nauséabond, où s'achevaient de pourrir les restes des suppliciés. Si l'on pense  à la quantité de cadavres restés accrochés aux potences, il est facile d'maginer ces miliers de corbeaux venant y chercher leur pâture.

 

Et, distinction morbide d’élégance, les personnes de rang sont pendues à l’étage le plus élevé (rang tout à fait relatif : il s’agit des bourgeois ou commerçants, puisque jusqu’à la Révolution les nobles ont le privilège d’être guillotinés !).

 

 

   *  Ultimun supplicium  *

 

                                     La peine de mort, s' accroît  au début du XV ème siècle.

                                            Dans les années  à  Paris de  1388 à 1392,

                                               87% des voleurs capturés sont pendus.

 

 

                                                                                   ...........o...........

 

 

* Pour la Justice médiévale, le premier devoir  consiste à préserver des criminels la  société  des  gens  honnêtes. Pour les crimes particulièrement graves, les criminels finissent sur le billot, au bout d' une corde, ou, sur le bûcher. 

 

* Pour comprendre comment se déroule une exécution capitale au  Moyen  Age. La sentence de mort est prononcée, l' exécution est immédiate, qui va se dérouler suivant un rituel strict et selon le rang social du condamné.

 

* Les  Nobles sont  décapités avant d' être  "pendus". Ils gardent leurs vêtements distinctifs, par exemple, le 1er Juillet 1413, lorsque Pierre des Essarts, Prévost des Marchands de Paris, fut condamné et exécuté,sous le roi Charles VI, avec ses vêtements.

 

* En ce qui concerne les "roturiers", ceux ci n'ont pas la tête tranchée, sauf intercession de la famille, car il y va de son honneur. Seule la pendaison infamante leur est réservée. 

 

                                                                                    

 

 

                                       EXECUTIONS PUBLIQUES

 

                                                                                    _____

 

                                          Lorsque Maillart, juge d'Enfer, menoit

                                                À Monfaulcon Samblançay l'ame rendre,

                                                    À votre advis, lequel des deux tenoit

                                                    Meilleur maintien ? Pour le vous faire entendre

                                                    Maillard sembloit homme qui mort va prendre

                                                    Et Samblançay fut si ferme vieillart

                                                    Que l'on cuydoit, pour vray, qu'il menast pendre

                                                    À Montfaulcon le lieutenant Maillart.

 

 

           *  Il fut par la suite réhabilité et il apparut que le "roi lui devait en fait de fortes sommes d’argent",

                                               ce qui avait pu contribuer à son élimination.

 

                                                                                                                                          

                                                                                                                                                 WIKEPEDIA

                                                                                                                                                 Encyclopédie libre;

                                                                                                                                      

 

  Exécution de "Pierre des Essarts " Prévôt de Paris

                         Le  1er Juillet 1413

 

 

 

  Pierre des Essarts En 1411, était Prévôt de Paris : les Parisiens lui donnèrent le titre de

   Père du peuple pour avoir assuré les approvisionnements de la capitale au milieu des troubles qui 

   l'agitaient ; mais il ne sut pas conserver longtemps leur amour.

   On l'accusa d'avoir dilapidé les finances  Il chercha à rétablir son crédit en s'attachant au Dauphin

   Louis de Guyenne et s'empara, au nom de ce prince, de la Bastille Saint-Antoine, qui contrôlait

   l'accès à Paris par l'Est. Mais il y fut assiégé et obligé de se rendre. Poursuivi comme dilapidateur

   par les Cabochiens, accusé d'avoir voulu enlever le roi, condamné à mort après une parodprocès, il est décapité

   sur la place des Halles, puis pendu à Montfaucon en juillet 1413.

 

 

 

                                                                   L' exécution,

 

 

 

*Fut le dit  "Prévôt" pris dedans le Palais, traîné sur une claie jusqu' à la "Haumerie" située rue Saint Denis.. Puis assis

sur une planche en la charrette, tenant une croix de bois en sa main, vêtu d'une houppelande à carreaux fourrée de martres,

 des chausses blanches et des  escafinons  (chausson)  noirs en ses pieds.

 

*Il ne faisait que rire, comme il faisait en sa grande majesté, les gens le tenant pour fou car tous ceux qui le voyait pleuraient

si piteusement que vous ne ouïssiez oncques parler de plus grands pleurs pour mort d'homme et lui riait.

 

*Et sachez, que quand  il vit qu'il convenait qu' il mourût, il s'agenouilla devant le bourreau et baisa une petite image que le bourreau avait sur sa poitrine et lui pardonna tout doucement sa mort et pria à tous les seigneuries que son fait ne fût point crié tant qu'il ne fut pas "décollé", et on le lui octroya.

 

*Le corps fut ensuite pendu au fameux "Gibet de Monfaucon". Pierre des Essarts eu la tête tranchée en  1413, son corps

est resté accroché au gibet  pendant trois ans,  La famille obtint de donner à ses os une sépulture  chrétienne.

                                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                WIKEPEDIA

                                                                                                                                                 Encyclopédie libre;

   

 

                                                       

 

 

 

   

                              Exécution Capitale

 

  Lucoticia ( Lutèce ) Paris en  l'An 360.

 

 

 

 

 

     

            Le spectacle de l'exécution capitale reste un grand moment de la vie

            médiéval. La rue, qui conduit au supplice est un rue étroite, et boueuses

          où mal pavée,encombrée d'immondices, saturée d'odeurs fortes peu agréables.

 

           Lieu, où s'exerce quantité de métiers, le tout rythmé  par les cloches de l' église

           du quartier,les cris de marchand d'eau,de colporteur du " crieur public ", qui 

           annonçait les mariages, les programmes des foires, les exécutions publiques.

 

 

                                                                                *    rue Saint Denis *

 

 

 *La  "rue Saint Denis" ou "voie royale" est  une  rue très  peuplée, siège de la Bourgeoisie parisienne, où siégeaient de nombreux commerçants, en tous genres, siège des cabarets malfamés, fréquentés volontiers ^par des gens de lettres, telles  Villon, Boileau, Racine, Molière,  animée par un  public abondant, toute espèce, malfrats, trafiquants, prostituées,  surtout  en période d'exécution.

 

 

 

     

Cette foule est là, terrorisée, pour être dominée,prendre exemple,tout en la faisant participer à l'exécution.

 

 

        

 

             < Battez fort et n'épargnez pas ce paillard, car il a bien pis desservi >

 

 

                            *La charrette d'infamie, arrive sur le lieu de l'exécution et là un "Responsable de Justice

                              crie l'acte d'accusation, < le dicteum > au peuple qui l'écoute. Puis le bourreau fait son office.

 

                  *La foule est là, terrorisée, pour être dominée, pour prendre exemple, tout en la faisant participer à l'exécution. 

 

 

      

      < on ne punit pas le malfaiteur pour le méfait ,mais pour l'exemple >

 

 

 

                                                                    

 

 

  La Ballade des pendus

                                           

   

    Frères humains qui après nous vivez
   N'ayez les coeurs contre nous endurciz,
     Car, ce pitié de nous pauvres avez,
   Dieu en aura plus tost de vous merciz.
   Vous nous voyez ci, attachés cinq, six
  Quant de la chair, que trop avons nourrie,
      Elle est piéca dévorée et pourrie,
 Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
      De nostre mal personne ne s'en rie:
    Mais priez Dieu que tous nous veuille
                            absouldre! 
                   

 

 

 

François Villon   ( 1431 ? - 1463 ?)

 

 

 

François de Moncorbier", ou des "Loges", connus sous le nom de son Professeur Guillaume de "VILLON". Voleur assassinet pis s'il se peut. Voilà pourtant l'homme, à qui il faut demander tout ce que

 le XV ème siècle a produit, ou peu s' en faut,de haut et profondément pénétrante poésie : il n'y a pas à

en douter, ce malfaiteur fut un grand poète !Déjà condamné et gracié plusieurs fois par le "Roi Louis XI"

 et "Marie d'Orléans", pour le meurtre d'un certain "Philippe Sermoise", Prêtre de son état. C'est dans

 l' attente de la sentence des jurés, que François Villon écrivit " La Ballade des Pendus"'où il donne des

 voix aux condamnés, qui vont  mourir sur le gibet. Sa peine de  mort sera transformée en  exil forcé

pendant 10 ans. Après cette sentence François Villon va disparaître de la vie parisienne.

 


 

 

 

  La  charette,

 

 

 

                                  *  Le condamné est placé dans une charrette, la charrette d' infamie, celle de la

                                      boue des rues et des ordures.. La foule est sollicitée pour insulter le condamné,

                                      on lui jette des pierres et de la boue.

 

                                 * A Paris la décapitation se fera aux "Heaumerie", ( rue Saint Denis ) où se trouve

                                   l' estrade sur laquelle le condamné  est attendu. Si celui ci est noble, au pied du

                                  billot, une " toile légère " sera placée, pour permettre au condamné de s'agenouiller.

                                  S' il s' agit d' un roturier, on jettera simplement une " botte de paille " à terre.

 

       * C' est à ce moment de l'exécution, qu'un " Responsable de la justice ", crie l' acte d' accusation  " le Dictum "  

          au peuple, qui fait silence en fonction de la solennellité  du moment, mais aussi dans l'attente d' un évènement 

          inattendu  tel, l' échelle du bourreau qui se casse,ou le bourreau lui même, qui rate une première fois, la preuve

         serait faite de " l'intervention divine ". Dans ce cas, la foule demanderait la vie sauve du condamné. Mais rares,

         sont ces circonstances très exceptionnelles , pas toujours accordées.

 

                                                       

                                                            -----------------o---------------                                           

 

                 la décapitation du

     Duc de Mommouth  en  1685

 

 

 

 

Sur l'estrade,tête sur le billot, le premier coup du bourreau ne se traduisit, que par

une blessure. Le Duc leva la tête et sembla reprocher au bourreau sa maladresse.

Le Bourreau frappa encore trois coups, sans arriver a séparer la tête du corps. 

Alors que la foule hurlait, le bourreau jeta sa hache  et termina l'exécution au couteau.

 

 

                       

Mais, aujourd' hui , en cette belle matinée d' Automne, l' épée du  bourreau  va s'abattre sur le cou du condamné, avec précision, la tête roule sur la paille, la foule un moment indécise, se reprend et c'est dans une immense clameur, quelle salue la dextérité du bourreau.

 

                                                                      

 

   

" La pendaison aux portes de la ville  "

 

                                            

 

En fin du XIV ème siècle, l'éclat des supplices devient terrorisant des gibets placés en dehors de la ville à proximité des murailles ont un effet dissuasif. Nous avons les villes d' ARRAS et d' AMIENS, qui se trouvent ainsi, ceinturées de cadavres...

 

 

 *   Histoire de pendu, dans notre cher Vexin  *

 

En 1466, à Paris, un "gros Normand " qui  avait longtemps maintenu une sienne fille et en avait eu plusieurs enfants, se retrouve, lui pendu et étranglé au gibet de Paris. Elle brûlée à Magny-en-Vexin, près de Pontoise, où  le couple habitait.

 

                                                                                   

 

                                                       

  La  Pendaison

 

    * La pendaison devient le moyen d' exécution le plus utilisé  pour les criminels de droit communs, à laquelle n' échapperont  

      pas  ceux qui sont décapités y compris quand une partie de leurs membres reste fichés sur des lances pour être présentés

      sur des Places publiques ou aux portes de la ville. Ce qui reste de leur corps est pendu au gibet où il est parfois mis en sac.

 

            * Les gibets commencent à proliférer hors des murs de

               la ville, cette exécution  s' exerce, le long des remparts.

           * A cette époque  la technique  était rudimentaire.  Le

              condamné les mains liées dans le dos, était assis sur le

              fait du gibet, on lui passait la corde au cou, puis il fallait

              le faire basculer en arrière.

              Cette méthode resta en vigueur jusqu' à la fin du moyen âge.

 

                                 _________

 

* Au XV  ème siècle se développa et se mit en place une Justice royale, codifiée. Il fallait réglementer la pendaison et en confier  l'exécution à des  < personnes qualifiées >. 

 

 

  ( Les - exécuteurs- des- hautes- oeuvres )

 

 

                           Pour limiter les souffrances du condamné, la corde fut plus longue, on

                           découvrit que la mort était instantanée. Mais si la condamnation ,était

                           d' être pendu " Haut et court "cela  signifiait, que le condamné, se voyait

                           infligé un supplice supplémentaire.

 Mais le bourreau était toujours tenu de [ monter ] au sommet du gibet pour faire basculer le pendu.

                                                                     ***

* Les femmes peuvent être pendues comme les hommes, mais elles sont  plus  facilement enfouies vivantes, dans une fosse au pied du gibet....  Après les exécutions, les corps étaient laissés à pourrir sur place au vu du peuple, à titre dissuasif.

 

* Au début du XV ème siècle le " Prévôt de Paris ", " Guillaume de Tignonville ", fut obligé d'interdire la fréquentation des gibets parisiens car les os et le sang des suppliciés servaient à confectionner des poudres utilisées en, sorcellerie.

 

                                                                                          ___________o___________

 

La Réforme naissante ne tarda pas à avoir ses victimes place Maubert. Le premier martyr de la Réforme qui y ait été brûlé, s'appelait Guillaume Joubert. Voici ce qu'on lit à ce sujet dans le Livre de raison de Nicolas Versoris.

 

 

                                                    PLACE MAUBERT

 

                                    lE MERCREDI ET LE SAMEDI SE TENAIT SUR CETTE TRISTE PLACE LE PLUS

                                                            GRAND MARCHE DE LA CAPITALE

 

                                                

                                                  Samedi XVII ème jour de FEVRIER 1526
 

 En karesme, ung nommé maistre "Guillaume JOBERT", natif de la ville de la Rochelle, fils de l'avocat du roy

de lad. ville, licientié en loix, demeurant pour lors à Paris, comme sont demeurant jeunes licentiés pour veoir

 et cognoistre de la pratique, pour plusieurs blasphèmes par luy dictz et recitez contre l'honneur de Dieu, de

 sa très sacrée et intémérée mère et vierge Marie, condempné fust à estre mené au parvy Notre-Dame et là

faire admende honorable, de là mené dans ung tombereau devant l'Eglise madame Ste-Geneviève, intégrité

de laquelle s'estoit efforcé de violer, faire pareille, amende honorable, puys mené à la place Maubert, après

 luy avoir percé la langue, estranglé fust et bruslé à ung instant. Les informacions et procès contre luy fait,

fust trové si abhominable et honteux que par arrest fust condempné à estre brûlé quant et led. personnaige,

 parce que les choses dont il estoit accusé valloient mieux estre cellés que dictez et recitez. Dieu lui face

pardon. Il mourust par conrection bon chrestien. Je estois présent. 

                                                   

                  88iIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
      Le suplice de la roue,     

 

            

 

            Le suplice de la troue était l'un des plus répandus. Le condamné tournait sur la roue

           en se faisant  lassérer par des clous, qui se situait sous le condamné.Un échafaud est

           dressé au milieu duquel l'on attache à plat une croix de Saint André, faite avec  deux

           solives en forme oblique, assemblées au milieu,  où elles se croisent, sur lesquelles, il

           y a des entailles qui correspondent  au milieu des  cuisses   des jambes, du haut et du

           bas du bras. Le criminel nu, en chemise étendu sur cette croix, le visage tourné vers

           le ciel, l' exécuteur  ayant relevé sa chemise aux bras et aux cuisses, l'attache à la croix

           avec des cordes à toutes les jointures et lui met la tête sur une pierre. En  cet état armé

           d'une barre de fer carrée, large d'un pouce et demi, arrrondie avec un bouton à la poignée...

         

       .....il en donne un coup violent entre chaque ligature, vis à vis de chaque (hoche) et finit par deux ou trois coup

           sur l' estomac. Le criminel est ensuite porté, sur une petite roue de carrosse, dont on a scié le moyeu en  dehors

           et qui est placée horizontalement sur un pivot. L' exécuteur  après lui avoir  plié les cuisse   en desous, de façon

           que touche le touchent le derrière de la tête, l'attache à cette roue en le liant de toutes parts, aux jantes et le laisse

           ainsi exposé au public plus ou moins longtemps.

 

 

                                                             --      

                                                                                             

 

      

      *       la crémation - le bûcher *

 

           

 

 

*Il faut commencer par planter un poteau de huit  pieds de haut. On construit un bûcher en carré, composé de fagots, de bûches et de paille. En laissant un intervalle pour accéder au poteau. Le bûcher est élevé a la hauteur de la tête du patient.

 

*Le condamné est là, accompagné de la longue liste de ses méfaits. Son exécution ne sera pas ordinaire. Nu jusqu' à la ceinture, on le fera monter dans la charrette, en compagnie du bourreau. Suivent les aides,  avec un  chaudron de braises rougies par le "feu" et le "fer", dont sont marqués les criminel.

 

*Conduit en " l'Hôtel de Ville ", où il est marqué  au  "fer rouge " sur le front, puis ont le transporte, jusqu'au " Carreau du Temple " ou il est  "marqué au sein droit" le chemin se poursuit en direction de la  "rue au Juifs" la  "marque sera sur le sein gauche", puis enfin !!!, ( rue des Halles ) où la dernière marque sera  "appliquée sur le dos".   

  

  

 

 

  La foule est là, naturellement excitée du spectacle , mais tout de même règne

                              une certaine inquiétude indéfinie.

 

 

 

 

 

    

        *Le criminel est arrivé, il est déshabillé, on lui met ou pas, une chemise soufrée,on le fait

          monter sur les rangs de fagots, au bas du poteau. On lui attache le cou avec une corde,

          le corps est maintenu au  milieu du poteau par une chaîne de fer, les pieds sont liés avec

          une corde. On bouche l'endroit par lequel il est entrée et on y met le feu. Pour qu' il  ne

          sente pas la douleur du feu, sans qu' il  s'en aperçoive, les exécuteurs se servent  d'un

          <crocs de batelier>, qui leurs permet de  ranger les fagots. C'est la pointe de ce croc,qui

           va percer le coeur du condamné,qui meurt instantanément.

 

 

 

 

 

       *       la crémation   *

 

 

RTYPOLOGIE  DU MOT "SORCELLERIE"

 

*Possibilités retenues concernant le mot sorcellerie. Certains affirment qu'il dérive de sourcier et d'autres affirment qu'il dérive

 du mot sort, maléfice lancé par un "jeteur de sorts".

*La  traduction allemande est "hexe" dérivée du vieil allemand "Hagazussa", c'est-à-dire Zaunreiterin "femme qui monte un

  Balai", d'où l'image traditionnelle de la sorcière en train de voler sur son Besom (mot désignant le balai)

 

*La sorcellerie désigne souvent la pratique d'une certaine forme de magie, souvent considérée comme la plus inférieure, et

 dans laquelle le sorcier établit une communication avec des "entités" de caractére démoniaque. Selon les cultures, la sorcellerie  

  fut considérée avec des degrés variables de soupçon voire d'hostilité, parfois avec ambivalence, n'étant intrinsèquement ni

  bonne ni mauvaise. Certaines doctrines religieuses considèrent toute forme de magie comme de la sorcellerie, la proscrivent

  ou la placent au rang de la superstition. Elles opposent le caractère sacré de leurs propres rituels aux pratiques de la sorcellerie.

 

 

                                                    TYPOLOGIE  DU MOT  "HERETIQUE"

 

*Une hérésie (du grec αἵρεσις haíresis, choix, préférence pour une doctrine) est d'abord une école de pensée. Le jardin 

  d’Épicure était une telle haíresis. La traduction latine en est secta, secte. L’Antiquité n’attache pas de valeur péjorative

  à ces termes.

*Dans un contexte chrétien, et par analogie dans d'autres contextes, l'hérésie qualifie une situation complexe de conflit

  et de rupture, qui superpose généralement l' hérésie proprement dite ( doctrinale : déviance sur le contenu de la foi )

  et le schisme (disciplinaire : insoumission à l'autorité ecclésiastique légitime).


*La sorcellerie désigne souvent la pratique d'une certaine forme de magie, souvent considérée comme la plus inférieure,

  et dans laquelle le sorcier établit une communication avec des "entités" de caractére démoniaque


                                                                  

                                        TYPOLOGIE DU MOT  "HOMOSEXUELLE" - "PEDERASTIE"

 

 

*Le mot  (du grec ancien παιδ- / paid- « d'enfant » et ραστής / erastès « amant ») tend aujourd'hui à désigner

   l'attirance sexuelle d'un homme pour les garçons adolescents ou préadolescents.

*Il fait son apparition en langue française au XVIe siècle au sens d’amour des garçons, et connaît rapidement une série de 

   glissements sémantiques qui l’éloigneront considérablement de sa signification première. Quasiment abandonné au début

   du XXe siècle au profit du terme "homosexualité", il est peu à peu réintroduit en expression courante.

 

 

                                                            TYPOLOGIE DU MOT JUIF

 

*"juifs" et les "Juifs" sont deux mots français qui traduisent l'hébreu  " יְהוּדִים yehoudim,

*Le grec ancien ουδα-οι[4][ uðajoi ],

*Le latin " Iudæi " [5] [ udæi ], l'arabe  " يَهُودِيّ "[ ehud ], le ladino " ג׳ודיוס "   d"judios, ou

*Le yiddish " ייִדן " yiden.

* Écrit avec une initiale minuscule, le mot « juifs » qualifie les adhérents au judaïsme qui pratiquent leur religion ;

   orthographié avec une majuscule, le mot « Juifs » nomme les membres du peuple d'Israël ( am yisrael ).

 

                                                 TYPOLOGIE DU MOT FAUX MONNAYEUR

 

Un faux monnayeur est un excellent artiste ; on pourrait l'employer dans une prison perpétuelle à travailler de son métier à la vraie monnaie de l'État, au lieu de le faire mourir dans une cuve d'eau bouillante, comme l'ordonnent Charles-Quint et François 1er. [Voltaire, Polit. et législ. Prix de la just. et de l'hum. VII.]

 

                                                        TYPOLOGIE DU MOT "'INCESTE "

 

L'inceste (du latin incestus : « impur ») désigne une relation sexuelle entre membres de la même famille et soumise à un interdit.

Toute la difficulté réside dans la définition de ce que sont des parents trop proches, et il y a de grandes variations selon les sociétés et les époques, et même selon les circonstances (la Bible, par exemple montre l’inceste, normalement interdit, comme un impératif pour sauvegarder une lignée vouée sans cela à l’extinction). Il y a une typologie de l'inceste fondée sur le discours social à propos du degré de proximité et le genre de parenté biologique, imaginaire et symbolique, discours social d'où découle le sentiment incestueux.

 

                                              

 

                                           La crémation s' adresse ...

                                                         

                                            Au Sorcier et sorcières,

                                                  Aux hérétiques

                                              Aux  homosexuelles 

                                                      Aux  juifs

                                              Aux  Faux-monnayeur

                                                    A  l'inceste

 

*Les exécutions ont lieu sur une place plutôt  exigue , quelques boutiquiers  échoppes, la Hall aux draps, voisinent  avec le < Pilori >.. Le cimetière empiète sur cette Place, le tout dominé par l' Eglise, le lieu est sommes toute assez fréquenté.

 

                                                                                   .............

 

                                     

  bouillis dans un grand  chaudron

     

                              En revanche les faux-monnayeurs, sont en  

                              principe  bouillis dans un grand  chaudron.

                           

                                                                            

 

                

 *    Supplice de la tombe   *

                                      

                 

*C'est une opinion fort répandue dans l' Allemagne,  que certains morts mâchent dans leurs tombeaux et  dévorent tout ce qui se trouve autour deux, qu' on les  entend même manger comme des porcs, avec un cri sourd, grondant et  mugissant.

                         

           

              *C'est par ces mots que MASPERO, tente de nous faire part de l'ultime

                supplice, qu' est celui de la tombe dans son histoire. L'enterrement vivant

               fut pratiqué très rarement, on le rencontre surtout chez les "Goths" contre

               les "pédérastes" et sous le règne de "Pépin le bref "pour punir les " juifs".

                                                                                                                                                              

                                                                                                                                                                                                                                                                              DOM CALMET

 

 

                                                                                    


 
          *    Tribunal au XV ème siècle    *

                                               ===============

 

 

     En  Août 1604, Anne la femme de Jean le Camus des Forges

                      est soumise au supplice de l' estrapade.

 

 

 

       *      TRIBUNAL  DE L' INQUISITION    *

 

 

    

       << at esté ladite "Anne" par le dit "Maître des haultes" oeuvres, tirée par les bras lyee

         par derier avec la pollie en hault estendue et interrogée si elle estoit sorcier, et a voit

                heu accordance avec que le diable, surquoy, estant devallée at déclaré....>>

 

 

Mains et pieds par de fortes ligatures sont serrés et se crispent sous l'impression d' une douleur atroce, le ventre se creuse, l'estomac saille en boule, la poitrine se contracte, la tête se renverse en arrière avec une grimace épouvantable, les lèvres rétractées dénudent les dents, la bouche s'ouvre comme pour un dernier cri.......

 

    * Interrogatoire...

 

     Supplice de l' estrapade

 

* Le Bourreau lie les mains de la condamnée, lui coupe les cheveux. * La Condamnée est placée sur une échelle, attachée.* Le  Bourreau, lui jette de l'alcool sur la tête et y met le feu. Les cheveux doivent  brûler  jusqu' à  la racine. * Il lui place des morceaux de soufre sous les bras, autour du cou et les enflammme.

 

 

  

 * Il lui lie les mains derrière le dos et l' élève jusqu' au plafond. Là, il là  laisse suspendue 

   pendant trois ou quatre heures, jusqu' au petit déjeuner. A son retour, il lui asperge le dos

  d' alcool et y met le feu.  * Il lui attache de lourds poids au corps et l' élève à nouveau.  

* Il lui place le dos contre  une  planche  hérissée de  pointes  acérées  et  la remonte une

   fois de plus jusqu' au plafond. Il lui comprime alors les pouces et les gros orteils à la vis et

   lui frappe les bras avec un bâton. Il la laisse ainsi suspendue pendant un quart d' heure,

   jusqu' à  l'évanouissement.

 

 

  *  Puis, il lui presse les mollets et les jambes à la  "vis".

 * Il la fouette en suite avec un fouet conditionné pour la faire saigner.

* A nouveau,  il  lui  place  pouce et  gros orteil dans les vis  de six à treize heures  pendant qu' il va manger  un peu, avec  les  

   officiels de la cour, ces messieurs de la Justice, "Mayeur héréditaire" et  bourreaux.

 

Extrait tir                                                    é Dictionnaire du Diable de Roland Villeneuve
 

 

   ...o...

 

 

   

      Le lendemain, ils reprirent l' interrogatoire, mais sans pousser

                les choses aussi  loin, que le jour précédent...... 

 

                              

                               

   LE  JUGEMENT

 

 

 

   *Le Jugement fut prononcé, devant la  "Maison de force" en présence des nobles hommes, du  "Lieutenant Podestat"

                                                     du  "Seigneur  Mayeur", de sa Justice et de la patiente.

 

 

 La malheureuse ramenée une troisième fois à la torture rigoureuse, continua

   la série de ses confessions et se vit condamnée dans les termes d' usage, à être

                    étranglée puis après son corps réduit en cendre .

 

                                                                

               INQUISITOR

      www.heresie.com/

                             à voir absolument.........

 

 

                        

 

 

           

         en l' An  2002

  La peine de mort en France 

 

 

                                                                        

 Garde des Sceaux en 1981 --abolition de la peine de mort.

                                      

 

     

 . * Seul dans cette lutte, il gagne le combat le 30 sepembre 1981.

 

 en faisant accepter la réforme par l'Assemblée nationale.   

                                                             

 MERCI    Monsieur  Badinter.........

 

        

index.htm

           

 

                          

                                                  Nations Unies

                                                                              Convention contre la torture et autres peines

                                                                                en traitements cruels , inhumains, dégradants.

"                                        

                                                                                              

 

 

               .                                                                               

                "  >